L’éditorial du n°50

Le XIXe siècle a cru un moment que la littérature gagnerait de nouveaux chefs-d’oeuvre grâce à la Charte et aux beautés de l’éloquence parlementaire. Erreur confirmée à chaque session de la Chambre ! Mais cela n’empêche pas qu’il y soit quelquefois question de littérature. On verra dans ce numéro comment Rousseau fut l’occasion d’un débat impensable aujourd’hui, avec Barrès à l’attaque contre Viviani, là où La Princesse de Clèves, de nos jours, ne se fait vilipender qu’en-dehors de l’hémicycle.
On s’étonne moins que Cendrars ait eu envie de filer par le Transsibérien, dont on célèbrera le centenaire en prose et en images en compagnie de Sonia Delaunay. Quant à Isidore Ducasse, il fut  aussi un aventurier voyageur, franchisseur d’Océan et grand agitateur de phrases : il reste à ses lecteurs bien des progrès à faire. On en découvrira ici d’étonnants. D’un siècle à l’autre, la grande fraternité des amoureux des mots, toujours querelleurs, n’est donc pas près de s’évanouir. Au XXIe siècle, un Daniel Zinzsner n’en est-il pas la preuve ?
Pour fêter luxueusement son cinquantième numéro, ne reculant devant rien, Histoires littéraires offre à son site une nouvelle adresse : http://www.histoireslitteraires.fr.

Voir le sommaire     

Publié dans 50, Actualités, Editorial du n°50, Les éditos