L’éditorial du n°74

Il y a bien des façons de se mériter le titre d’« excentrique », comme Champfleury l’avait en son temps fait découvrir. De Groux en fut par sa fascination pour Maldoror, partagée avec Bloy et rappelée par Kevin Saliou.

Philippe Hamon dans Histoires littéraires

N’y a-t-il pas quelque chose d’au moins extravagant dans la productivité diluvienne et l’immense succès de Dennery et de ses increvables Orphelines ? Bérengère Vachonfrance-Levet nous en met tous les documents sous les yeux. Sans doute Sapeck justifie-t-il plus parfaitement encore l’épithète : Daniel Grojnowski en fait la démonstration savoureusement illustrée. Mais Philippe Hamon est-il lui aussi un excentrique ? Oui, si l’on considère qu’il n’a pas cessé depuis un demi- siècle de décentrer le regard des universitaires sur le XIXe siècle et qu’il n’a aucunement l’intention de rentrer dans le rang.
Au fil de nos chroniques le lecteur croisera encore Baudelaire, le fulminant Tailhade, le fuyant Sainte-Beuve et, comme toujours, les nouveautés éditoriales et les inépuisables mystères de la salle des ventes.

Bonne lecture !

 voir le sommaire  

Print Friendly, PDF & Email
Tagués avec : , , , , , , , , ,