L’éditorial du n°61

Georges Fourest (coll. Beaubatie)

Georges Fourest
en vacances à Binic
(coll. Beaubatie)

L’ « Anti-Prince des Poètes » que fut un moment Georges Fourest atteint aujourd’hui sa 150ème année, plus «vers» que jamais, celui-ci fût-il impair. Les deux passionnés de l’œuvre et de l’homme que sont Y. Beaubatie et P. Schneebeli se rencontrent dans nos pages pour nous faire redécouvrir avec une extraordinaire érudition cet hapax de la vie littéraire à la trajectoire parfois déconcertante.  Y. Beaubatie en profite pour déployer un cours magistral sur les arcanes de la poésie «undécimale». P. Schneebeli  révèle de son côté avec brio tout ce qu’il faut lire dans les étonnants en-dessous de la fameuse Apologie de Georges Fourest par lui-même : les admirateurs de Colette auront du mal à s’en remettre.

Les lecteurs pourront méditer à loisir sur le destin imprévisiblement divers des poètes en découvrant le document inédit que nous présente en contexte Laure Murat – document «modeste et décisif» : le dernier diagnostic de Nerval établi par Émile Blanche . Nous saurons enfin où en était Gérard sous le regard clinique du psychiatre. Le dernier chapitre de sa biographie est désormais écrit.

Le milieu du livre ancien – libraires ou amateurs – demeure très largement masculin, comme si le précepte d’Albert Cim («ne jamais laisser une femme seule avec un livre») était toujours de mise. Il existe heureusement des exceptions et Chantal Bigot en est sans conteste l’une des plus remarquables. Elle nous raconte ici comment et pourquoi est venue au jour sa librairie Les Amazones. Où l’on découvrira que le hasard et la passion se sont alliés pour faire d’une égyptologue une libraire unique en son genre et grâce à qui les livres de femmes et sur les femmes retrouvent toute la place qui doit leur revenir.

voir le sommaire  

Print Friendly, PDF & Email
Publié dans 61, Actualités, Éditorial du n°61 Tagués avec : , , , , ,