Catégorie : Les éditos

L’éditorial du n°51

Le XXe Siècle est à l’honneur dans ce numéro. Si lointain — un siècle a passé — et pourtant si proche qu’il nous remue et nous agite encore. Tandis que le Surréalisme commence à trouver une place à peu près assagie

Tagués avec : , , , , , ,

L’éditorial du n°50

Le XIXe siècle a cru un moment que la littérature gagnerait de nouveaux chefs-d’oeuvre grâce à la Charte et aux beautés de l’éloquence parlementaire. Erreur confirmée à chaque session de la Chambre ! Mais cela n’empêche pas qu’il y soit

L’éditorial du n°49

L’indignation est de saison – alors, indignons-nous, avec Martine Reid, de la place parcimonieuse hypocritement assignée aux femmes par l’histoire littéraire (ou plutôt par les historiens, de Lanson à ses actuels successeurs) ! Faut-il en revanche nous indigner rétrospectivement des

L’éditorial du n°48

Né en 1870 et mort en 1925, Pierre Louÿs ne vécut donc que 55 ans, mais on peut dire sans exagération qu’il mit âprement à profit la vingtaine d’années de sa vie littéraire (1889-1922, approximativement) pour couvrir de son écriture

L’éditorial du n°47

On ne s’émerveillera jamais assez de ce qui peut sortir d’une plume (ou d’un ordinateur). Le sommaire de ce numéro est une invitation à s’en étonner plus que jamais, par la démonstration que la littérature touche à l’infini en jouant,

L’éditorial du n°46

Si le portrait de Léautaud orne la couverture de ce numéro d’Histoires littéraires, c’est parce qu’il y est beaucoup question de lui, mais moins pour dire une fois encore son sens des coups qui portent que pour rappeler ses amitiés,

L’éditorial du n°45

Qui cherche de « belles lectures » en trouvera à foison dans ce numéro, comme dans l’étonnante publication parue sous ce titre après la Libération et que Jean-Pierre Bacot tire d’un oubli total. C’est au contraire tout un petit monde

L’éditorial du n°44

Le partage des bonheurs sur cette Terre est mal fait : les vies d’écrivains en portent témoignage. Il en est d’habitués aux joyeuses soirées en bonne compagnie. Un Hugo, un Flaubert, un Claretie savent s’entourer : la « langoureuse Léonie

L’éditorial du n°43

Le 1er octobre prochain, une exposition de vingt-quatre heures, consacrée à François Caradec, se tiendra à la Bibliothèque de l’Arsenal. L’intéressé aurait détesté. Le même jour et au même endroit, les Éditions Flammarion présenteront un ouvrage de plus de neuf

L’éditorial du n°42

Histoires littéraires introduit ses lecteurs dans le monde, et même le beau monde : Jean-Pierre Lion s’est livré à une exploration  des archives de ce comte Primoli — Gégé pour les intimes — qui connut tant d’écrivains français de la fin