Catégorie : Éditos du n°20 au n°29

L’éditorial du n°29

Il n’y a pas de cadres moyens en littérature : on en vit somptueusement ou fort mal, selon peut-être qu’on vend des manuscrits ou qu’on les rédige. Sur un marché de réputation comme celui de l’art, si l’on rate le

L’éditorial du n°28

Phénomène inaperçu, Histoires littéraires a attrapé cet hiver un virus commun, la modernite. Jarry, Apollinaire, la poésie sonore… C’est aussi une question de manière, plus que de sujets : comment entre-t-on dans la carrière littéraire (Jarry) ? La littérature et

L’éditorial du n°27

À certaines époques on écrit moins qu’on ne dessine : les romans sont des esquisses, on fait des brouillons de vie future, parfois en rêvassant sur la vie du passé. On s’appelle Rosny Aîné, on est né à cent-cinquante ans

L’éditorial du n°26

Rien de bien sérieux, la littérature : si, dans des recueils de poésie chinoise, peuvent se glisser les oeuvres d’une jeune femme – Judith Gautier – curieuse d’Orient et vaguement initiée au chinois, dans l’aveuglement général ; si on peut,

L’éditorial du n°25

Entre le livre et l’esprit, nous hésitons ce trimestre. L’aventure de la numérisation, le cas Google, peut passer pour l’emblème d’un univers littéraire coupé en deux. D’un côté, se rangeront ceux qui croient avec Marcel Schwob que « la survivance

L’éditorial du n°24

« Où sont nos amis morts ? » demandait Baudelaire, demande Baudelaire, et c’est une réponse qu’indirectement donne Histoires littéraires, ils sont ici, dans des textes encore vifs, qu’ils ont écrits ou inspirés. À Claude Pichois donc, ce recueil d’hommages, où plane l’ombre

L’éditorial du n°23

« Il est mort des milliers de soleils aujourd’hui. » Il en restera un au moins à l’aplomb duquel passer été, automne, sous une mer de papiers. « O Paris, cerveau fou de la Terre », pour nous comme pour

Tagués avec : , , , ,

L’éditorial du n°22

Avec le printemps, Histoires littéraires s’éveille fantasque, poétique, et joue avec des mots : philomathie, polymathique, et un mot de passe, Vergiß mein nicht. Notre philomathie, sérieuse, est appliquée : il s’agit de Rimbaud l’Anglais, dont on publie des notes espagnoles inédites,

Tagués avec : , , ,

L’éditorial du n°21

Avec le printemps, Histoires littéraires s’éveille fantasque, poétique, et joue avec des mots : philomathie, polymathique, et un mot de passe, Vergiß mein nicht. Notre philomathie, sérieuse, est appliquée : il s’agit de Rimbaud l’Anglais, dont on publie des notes espagnoles inédites,

L’éditorial du n°20

Après la livraison consacrée aux suppléments littéraires, il fallait donner au public un numéro plein d’esprit ; n’ayant pas l’article, les tenanciers se sont tournés vers Montmartre, guidés en cela par de savants calculs : pile entre le cent-cinquantenaire de